Principes du Système Aimé-Paris (4/5)

Des grands signes, représentant deux syllabes sont également utilisés, même s'ils n'ont rien à voir avec ceux utilisés en Prévost-Delaunay.

Ces, grands principes exposés, il convient de préciser encore quelques points : la méthode Aimé Paris prévoit la simplification des sons voyelles consécutifs : le langage parlé accentue généralement la prononciation du second son (son dominant) d'une dipthongue (ia, ion, oua). La méthode adopte ce principe. Dans ce cas, seul le dernier son voyelle est représenté.

De même, dans le cas de sons consonnes consécutifs, on supprime celui qui termine la syllabe, par exemple carte (le r est supprimé) s'écrit kate.

Il y a également une liste d'abréviations normalisées, utilisant, comme la méthode générale, la superposition et l'infraposition, par exemple:

  • le signe "ne" placé au-dessus de la ligne d'écriture signifie nature (et dérivés)
  • "ne" sur la ligne = ne, nous, notre
  • "ne" en dessous de la ligne = nation (et dérivés)

Dans cette méthode, il n'y a pas de système équivalant aux incompatibilités. C'est la raison pour laquelle on parle de méthode de sténographie directe Aimé Paris. Tout sténogramme appris  à quelque stade que ce soit est DÉFINITIF.

Richard, qui nous a fourni ces renseignements, nous fait part de son expérience de la méthode :

"J'avais étudié la méthode Prévost-Delaunay lors de mes études secondaires supérieures (lycée), et puis je me suis intéressé à la méthode Aimé Paris car je voulais devenir sténographe de débat. En quelques mois, j'avais enregistré plus de résultat qu'en trois ans d'étude consacrée à la méthode Prévost-Delaunay. Depuis j'applique la méthode Aimé Paris, avec une vitesse de prise de 160 mots et plus.."