Après les repas le python a le cœur gros

Après les repas, le python a le cœur gros

Chez ces pythons originaires de Birmanie, l’augmentation du métabolisme –jusqu’à 40 fois le taux normal- peut durer 14 jours. Le cœur n’est pas le seul à s’adapter : les intestins, le foie, les reins, le pancréas, l’estomac et les poumons augmentent leur volume. Le python molure est un serpent de grande taille qui mesure plusieurs mètres de longueur et dépasse parfois les 100 kg.

 

Chez un mammifère soumis à un entraînement physique intense, la masse des ventricules augmente. Cependant, une augmentation du volume cardiaque comparable à celle du python demande plusieurs semaines chez un mammifère, soulignent les auteurs. Ils considèrent donc que le reptile constitue un bon modèle de laboratoire pour étudier les mécanismes physiologiques de cette hypertrophie ventriculaire et plus largement de la plasticité du cœur.

C.D.(03/03/05)

source : http://sciences.nouvelobs.com/sci_20050303.OBS0220.html

ython molure (Python molurus). (Photo Bryan Rourke, California State University Long Beach)

 

Après les repas, le python a le cœur gros. Non pas qu’il ait des remords d’avoir englouti un animal en entier. Le reptile a besoin d’augmenter ses capacités cardiaques pour digérer sa proie. Chez le python molure, la masse musculaire des ventricules cardiaques augmente de 40% 48 heures après le repas, expliquent des chercheurs californiens dans la revue Nature publiée aujourd’hui. Le serpent peut ainsi répondre à la demande accrue de son métabolisme en oxygène.