L'agriculture intensive n'offre pas les meilleurs rendements

C'est le verdict d'une étude europenne : alors que la règle est d'arracher les arbres des champs, en planter améliore les

rendements jusqu'à 30%.

Des rendements sylvicoles et agricoles peuvent augmenter jusqu'à 30%; La recette ? Replanter des arbres dans les parcelles. C'est la conclusion du projet européen SAFE (Systèmes Agroforestiers pour les Fermes Européennes), mené pendant quatre ans par 70 chercheurs de huit pays. Ils ont réussi à démontrer que la production d'un hectare de mélange peuplier-blé est équivalente à celle d'une surface de 1,3 ha séparée en deux parcelles : 0,9 ha de blé et 0,4 ha de peupliers ! A l'opposé des techniques d'agriculture intensive pratiquées depuis la Seconde Guerre mondiale et qui préconisent l'arrachage des arbres, l'agroforesterie exploite la synergie qui s'installe

entre l'arbre et la plante annuelle. En fait, pour récupérer l'eau et les nutriments sous les couches superficielles du sol occupées par les cultures, l'arbre adopte un enracinement profond qui lui est bénéfique. Parallèlement, les arbres protègent les cultures en brisant le vent, en atténuant l'exposition au soleil et en favorisant la pénétration de l'eau dans le sol, ce qui prévient le lessivage et limite l'érosion. L'agroforesterie présente également un aspect économique non négligeable puisque les agriculteurs peuvent choisir des essences à haute valeur ajoutée (comme le poirier, l'érable et le merisier) et espérer améliorer leurs revenus.

Scence & Vie n° 1050, mars 2003