Superposition

Superposer un signe, c'est le tracer au-dessus de sa position normale. En général la superposition exprime le signe ON ou ION à la suite du signe concerné : son, scions

La superposition représenté également ses extensions (S T D) : fonce, fonte, fonde

Dans les monosignes et à la fin des sténogrammes elle représente également les sons ONNE et IONNE : tonne

Dans le cas des signes doubles, elle porte sur la deuxième syllabe coupons, mimons

Dans le cas d'un sténogramme de plusieurs signes elle affecte :

en général le premier signe : sondage

le deuxième lorsque le premier est

  • Le Re Ke : levons, ramons, courons
  • un signe d'initiale consonne liquide : privons
  • un signe de syllabe complexe (PeR, TeR...) : fermons
  • un signe de son nasal ou un signe renforcé : penchons

La superposition ne peut jamais porter sur le troisième signe d'un sténogramme.

Pour l'application de la superposition on ne tient pas compte de la présence ou non d'initiales voyelles ou crochets, ou des signes diminués : étions, armons, haïssons, espion, restons

La superposition est obligatoire mais lorsqu'on ne peut pas représenter le son ON par la superposition, on utilise le signe ON : pouvons

Remarques

  • La superposition ne représente pas le son AUNE : jaune
  • La superposition n'affecte pas les slgnes Le Re Ke car il existe déjà des signes représentant LON, RON KON
  • Même explication pour les signes d'initiale consonne liquide : blond
  • Elle ne peut pas affecter les signes de syllabe complexe (qui par définition ne peuvent comporter que des voyelles orales)
  • Ni les signes de son nasal : confond, m'enfonce
  • Le renforcement a priorité sur la superposition, on écrit donc penchons mais montant.