Demi-cercle avec petite boucle

Gne

Kon, Kion

Len, Lon

Ren, Ron

Le signe Gne correspond tantôt au "gn" comme dans digne, tantôt au "ni-"comme dans niâmes

Le signe Kon est d'un emploi obligatoire (on ne peut jamais le remplacer par les signes Ke et On). Isolément ou à la fin d'un mot il signifie également KonSe, KonTe, KonDe : fécond, féconde, faconde.

Au début des sténogrammes les signes Len-Lon et Ren-Ron se lisent également lin, lun et rin, run : langue, longue, linge

Dans le corps des sténogrammes ils ont également toutes ces lectures possibles mais seulement si L ou R est liquide (voir plus tard liquidité) : tremper, planquer, lump

A la fin des sténogrammes ils ne s'emploient également que pour L ou R liquide et n'expriment que les voyelles an ou on (nous verrons que les autres finales nasales sont représentées par des signes spéciaux) : blanc, blond, chiffrons, chiffrant.

Ils peuvent alors exprimer les sons onTe, onDe, Onse ou anTe, anDe (mais pas anSe qui est une finale spéciale).

Règle générale : lorsqu'on a une syllabe nasale fermée (consonne(s) + voyelle + consonne) la dernière consonne ne s'exprime pas : lunch, l'inspirez (les lettres soulignées ne s'expriment pas).

Remarque : dans le corps et à la fin des mots, nous avons vu que Len-Lon et Ren-Ron sont toujours liquides, en conséquent blond s'écrit blond mais ballon s'écrit (voir plus tard superposition), blanc s'écrit aussi mais bilan